Archives de Catégorie: Test Matchs

La malédiction noire

Dimanche à Dublin, on a certainement assisté à un des plus beaux matchs de l’année si ce n’est le plus beau. Cet Irlande / All Blacks que l’on annonçait à sens unique tellement les hommes en noir dominent leur sujet cette année, s’est finalement transformé en pur chef d’oeuvre rugbystique par la grâce de 30 joueurs totalement subjugués par ce match en terre irlandaise. Retour sur 80 minutes de pur bonheur.

Les statistiques sont cruelles pour les irlandais. Avant ce match ils n’ont jamais battu les All Blacks, tout juste accroché les néo-zélandais en… 1973 ! En 27 matchs donc, les verts ne sont jamais parvenus à faire chuter leur adversaire du jour, pire encore, leur dernière opposition en juin 2012 avait viré à la fessée record avec un 60/0 qui en dit long sur l’écart de niveau du moment entre les 2 formations. Avant ce match peu d’observateurs croient aux hommes de Joe Schmidt et pourtant…

Début de match canon

Pas impressionnés par le traditionnel Ka Mate des visteurs, les irlandais réalisent un début de match époustouflant où les enchaînements avant 3/4 déstabilisent le rideau noir de manière spectaculaire. La charnière Murray / Sexton anime à merveille autour des rucks, et c’est le 1er nommé, qui à la surprise générale, aplatit la gonfle au bout de seulement 4 minutes de jeu ! La réalisation est juste parfaite et incroyablement limpide ! Une conquête solide et une volonté de fer pour gagner le centimètre nécessaire auront eu raison de la défense de la meilleure équipe du monde au bout de seulement 4 minutes.

Connor Murray marque à la 4ème minute !

Connor Murray marque à la 4ème minute !

Sexton transforme et voilà les irlandais idéalement lancé dans cette partie. Piqués au vif, les champions du monde récupèrent le renvoi et sur une belle inspiration de Cruden, Savea est à deux doigts de conclure en coin. Sur la touche qui suit, les irlandais assurent la conquête et se lancent dans une folle relance de leur 22m mais une mauvais transmission les oblige à rendre le ballon aux Blacks qui échouent à quelques mètres seulement de l’en but. Un dégagement au pied plus tard, la furia verte déferle sur les attaquants Blacks, surpris par un tel engagement. Touche irlandaise sur les 40, Best trouve O’Connell qui dévie directement sur Murray puis Sexton qui envoie Heaslip pénétrer le 1er rideau adverse. Murray renverse sur Healy lancé comme un frelon qui parvient à trouver son compère de la 1ère ligne Best. Murray en remet une couche avec Heaslip et sur le regroupement qui suit, O’Brien ramasse et s’enfonce dans les 22 adverses pour trouver Murray, omniprésent ! Après un nouveau point initié par O’Brien, également monstrueux, Murray envoie Best en terre promise, c’est le délire dans l’Aviva Stadium ! 14/0 après la transformation de Sexton les Blacks sont KO debout et les irlandais sur un nuage, et ce n’est pas fini…

Rory Best pour le 14/0

Rory Best pour le 14/0

Les Blacks se lancent à corps perdus dans la bataille mais butent sur un rideau vert organisé et animé une volonté de fer. O’Brien et Healy ralentissent les sorties de balle et les Blacks pataugent. Sur une offensive au large, Dagg contrôle mal un ballon et Kearney intercepte et met le turbo, plus personne ne le reverra. Le frisson qui traverse les travées de l’Aviva Stadium est indescriptible, de Limerick à Galway toute l’Irlande est en fusion, le XV du trèfle qui n’a jamais battu les All Blacks de toute leur histoire est en train de d’infliger un 19-0 aux champions du monde en seulement 17 minutes !

Rob Kearney sintercepte

Rob Kearney intercepte

A ce moment de la partie on pense que les irlandais ont fait un grand pas vers cette victoire historique que tout un peuple attend depuis des siècles. Mais ces Blacks sont faits d’un bois rare, celui des grands champions. Et quelques minutes plus tard, là où une majorité d’équipes aurait explosé en plein vol, ils trouvent la solution sur un petit rasant de Cruden pour Savea qui ouvre le score pour les Blacks. Cruden transforme mais l’ampleur du score reste encore largement en faveur des Blacks d’autant plus que Sexton enfonce le clou d’une pénalité. Cruden lui réplique au retour des citrons. Les irlandais ne semblent pas gérer leur match et semblent plutôt payer les efforts consentis en 1ère mi-temps, mauvaise nouvelle d’autant plus que les Blacks réduisent la marque avec Franks en force. Cruden ramène les siens à 1 essai transformé du match nul en réussissant la transformation ! Panique dans le stade où on sent que les Blacks ont su laisser passer l’orage pour revenir en 2ème période.

La faillite de Sexton

Mais cette victoire ne peut pas échapper aux irlandais, avec moins de 15 minutes à jouer, ils se doivent de conserver la marque coute que coute, et quand une pénalité légèrement excentrée à droite des barres se présente à 5 minutes du terme de la partie, l’impeccable Jonathan Sexton sait que c’est celle de la gagne. Mais la pression est là et son temps de préparation est incroyablement long, le racingman a-t-il trop « cogité » ? Rien n’est moins sur et lorsque le ballon s’éloigne des poteaux, les irlandais savent que les Blacks vont déchainer les enfers sur les 5 dernières minutes. Et ils n’ont pas faux, les Blacks prennent tous les risques et jouent tous les ballons qui se présentent. Nonu au bout de son effort commet un en avant, turnover fatal ? Les irlandais mettent la main sur le ballon et l’on sait ô combien les O’Connell et consorts savent tuer le temps par du jeu au près, véritable marque de fabrique du Munster. Mais à la 78ème (!) alors que l’on pensait les Blacks définitivement battus par cette valeureuse Irlande, Nigel Owens siffle une faute au sol qui rend le ballon aux coéquipiers de Mc Caw. Dans une folle remontée de terrain et au terme de temps de jeu interminables, Smith éjecte le ballon pour Cruden qui allonge la passe pour Dan Coles, le talon remplaçant réalise alors un geste d’une rare dextérité pour son poste en fixant deux défenseurs pour envoyer Crotty en terre promise, stupeur dans le stade. A voir les Blacks se congratuler mutuellement on imagine que ce nul équivaut à une victoire à leurs yeux tellement ils reviennent de loin. Cruden a pourtant la gagne au bout du pied, mais sa transformation passe à droite. Coup de théâtre, sa petite mimique du pied a incité les défenseurs irlandais à monter au contre pensant qu’il avait entamé sa course d’élan. Nigel Owens prend la bonne décision en faisant retenter la transformation. Cette fois Cruden ne tremble pas et dans un pur moment de dramaturgie, celui-ci permet aux Blacks de rester invaincus en 2013 avec 14 victoires, incroyable. Les irlandais sont abattus même s’ils ont probablement produit un des plus beaux matchs des 20 dernières années, ceux-ci n’ont toujours pas gagné les Blacks et pour les géants que sont Paul O’Connell et Brian O’Driscoll, cette défaite sonne surement le glas de leurs rêves de triomphe face aux légendaires All Blacks, et Dieu sait qu’ils la méritaient celle-ci. Les Blacks eux, prouvent au monde entier que le titre de « meilleure équipe du monde » n’est en rien erroné, et l’émotion dégagée tout au long de ce match où ils sont passés du vide interstellaire à la gloire éternelle d’une année triomphante prouve qu’il s’agit bien d’hommes, certes, mais d’exception. Nous devons considérer la chance que nous avons de les voir évoluer à ce niveau de performance et nous incliner devant tant de qualités réunies. Pour les irlandais cela peut s’avérer être un traumatisme ou un acte fondateur, l’avenir nous le dira… Quoi qu’il en soit, Joe Schmidt a déjà posé son empreinte sur cette équipe tant elle a paru structurée et sure de sa technique. Ce sera très certainement un gros client pour le Tournoi qui s’annonce…

Publicités